электронная
200
печатная A5
413
16+
Tradition contre le communisme

Бесплатный фрагмент - Tradition contre le communisme


Объем:
196 стр.
Возрастное ограничение:
16+
ISBN:
978-5-0051-9557-9
электронная
от 200
печатная A5
от 413

Chapitre I ÇA ET LÀ.

Chapitre II. D’où viennent les gens du rite. Pharisiens.

Chapitre III. Qui regarde dans l’abîme.

Chapitre IV. Idées et hypocrites.

Chapitre V. Trompettistes. Qui n’était personne, il deviendra tout.

Chapitre VI. Pourquoi un communiste fait d’un chien a-t-il gagné.

Chapitre VII. D’où vient “prendre et partager”.

Chapitre VIII. Les pères et les enfants de Tourgueniev.

Chapitre IX. Comment les voleurs sont entrés dans le pouvoir.

Chapitre X. Autodestruction.

Chapitre XI. Liberté, égalité, fraternité.

Chapitre XII Des pères et des enfants 2.

Chapitre XIII. Comment l’idée cède à l’habitude.

Chapitre XIV. La révolution est utilisée par les scélérats.

Chapitre XV. “Fils aine”.

Chapitre XVI. Le Mystère de l’oligarque.

Chapitre XVII. D’où viennent les peuples démocratiques.

Chapitre XVIII. Nicolas II hérita du pays avec la révolution.

Chapitre XIX. D’où viennent les démocrates et les socialistes.

Chapitre XX. Sur les démocraties militaires et commerciales

Chapitre XXI. La révolution mondiale est annulée.

Chapitre XXII. “Frappe les Juifs!”

Chapitre XXIII. Restauration imminente

Chapitre XXIV. Gascala en URSS

Chapitre XXV. Staline conservateur rouge

Chapitre XXVI. Pourquoi la répression se produit.

Chapitre XXVII. Les mauvais héritiers.

Chapitre XXVIII. Nous, colonel Nicolas II.

Chapitre XXIX. Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Chapitre XXX. Des commandants de Trotski

Chapitre XXXI. Deux migrants.

Chapitre XXXII. La grande chaîne.

Chapitre XXXIII. Les commandants de Staline.

Chapitre XXXIV. Eltsine et ses généraux.

Chapitre XXXV. Staline à Tsaritsyne.

Chapitre XXXVI. Surhommes

Chapitre XXXVII. Les bureaucrates de Staline.

Chapitre XXXVIII. Comment les nomades évaluer Staline.

Chapitre XXXIX. La jalousie.

Chapitre XL. La connaissance est la moitié de la bataille. La noblesse ne peut pas être achetée.

Chapitre XLI. Marx a réfuté la simplicité.

Chapitre XLII. Au nom de la cause, pas au nom de la communauté.

Chapitre XLIII. Marx, merci et au revoir.

Chapitre XLIV. Les saints de Karl Marx ou pourquoi l’URSS est facilement tombée.

Chapitre XLV. Sa majesté est une tradition.

Chapitre XLVI. Nationalisme de gauche

Chapitre XLVII. Une révolution mondiale se prépare. Qui sera a la tête de la révolution?

Chapitre XLVIII. Pourquoi l’idée de gauche est marginale

Glossaire

CHAPITRE I

ÇA ET LÀ

Tout pionnier, qu’il soit révolutionnaire ou Jésus-Christ lui-même, doit savoir. Avant lui, ce sentier a été parcouru par des foules. Personne ne pensait que le sentier pouvait marcher différemment. Je veux dire, sur le chemin de la vie. Marcher avec d’autres pensées. Pour toute habitude, toutes sortes de pensées gauches ne font que gêner. Comme un obstacle sur le chemin que n’importe quel membre de l’équipe a parcouru plusieurs fois. Puis l’obstacle… Tout voyant contournera certainement une nouvelle aventure et repartira sur le chemin. Bien que les yeux bandés

La vie est une chose intéressante. Donc, les compétences anciennes et éprouvées sont immédiatement transmises à la nouvelle génération. Cette nouvelle génération peut ne pas se soucier du tout et ne pas tester l’expérience des pères. Au contraire, les jeunes disent toujours que leurs ancêtres sont bons, leurs ancêtres sont grands. Ils louent toujours leurs ancêtres. Pour la terre, afin de l’abri, pour la naissance dans un peuple fort. C’est-à-dire qu’ils louent à la fois la modernité et l’ancienne expérience. Si l’ancienne expérience était mauvaise, il n’y aurait ni terre ni abri. Une personne qui ne soutiendra pas ce patriotisme sera accueillie avec suspicion. Si les gens ordinaires observent silencieusement, alors les nobles ou l’élite persuaderont les gens ordinaires de battre le rebelle. Banni. Ces anciens notables (les zerots) ont non seulement adopté l’ancienne expérience, mais aussi le statut de leurs parents. Toute élite moderne a dépensé beaucoup d’énergie avec ses ancêtres pour conduire son peuple de l’ancienne, très ancienne manière. Les ancêtres conduisaient, maintenant leurs héritiers dirigent. Il s’agit de l’élite traditionnelle (de zerot) et des peuples traditionnels. C’est l’histoire de plusieurs siècles.

Puis il y a un homme étrange qui dit que vous ne pensez pas correctement. Vous ne vous tenez pas bien. Vous tournez mal. Vous vivez mal. En général, vous croyez les mauvais dieux. Oh, horreur!

Maintenant, vous devez imaginer la réaction du Sanhédrin à l’apparition de Jésus-Christ. Le plus grand homme qui s’est appelé le fils de Dieu. C’est le conseil des anciens ou les zérots Juifs qui s’indignaient le plus d’une telle insolence inouïe. Ils marchaient sur la piste de leurs pères et puis il y avait cet arriviste. Les pharisiens firent un effort majeur pour que cette rebelle soit crucifié. Pas le roi des Juifs. Pas le procurateur de Judée. Il s’éloigna pour ne pas gêner. À savoir, le grand prêtre Caïphe et ses compagnons de marche sur les sentiers de l’Alliance. Ce que je veux dire?

Je veux dire que dans un endroit où, pendant des siècles, ils marchaient de la même manière, se déplaçaient par inertie et observaient tous les rites, sans rien attendre et obéissant à l’inertie, soudainement quelqu’un apparaîtra. C’est quelqu’un qui dira que vous êtes ici, allez-y, allez-y, pendant des siècles, peut-être même mille ans et sous vous, la terre va tomber. Eh bien, pas littéralement bien sûr. Au sens figuré. Vous êtes aveugles, vous êtes sourds, vous êtes inertes, comme des animaux de compagnie, qui vont et viennent avec vous et vous n’êtes pas différents d’eux. Pas directement, bien sûr. Un soupçon de similitude avec le bétail sera évident. Les vieux dieux païens aiment la vie simple. Les dieux païens ou les esprits produisent cette vie pour l’amour de la vie. Il suffit de le donner à l’homme et l’oiseau planant dans le ciel et rampant sur les pierres de les reptiles. Le serpent a aussi une application. Même les mouches du fumier sont nécessaires dans la nature. Dans la nature, tout est harmonieux, il n’y a pas un seul détail supplémentaire. Tout ce bien et ce mal, le bien et le mal, le juste et l’injuste, l’égalité et la hiérarchie ont été inventés par l’homme lui-même. La nature aime simplement la vie. Elle ne se soucie pas de ce que vous pensez du style, du régime ou de la dictature d’un dirigeant. Tous les zéros ou l’élite médiévale seront certainement indignés, comme cela est prévu pour les prêtres, tel que défini par la nature humaine et par les lois féodales. Qui a dépensé beaucoup d’efforts et a beaucoup marché d’avant en arrière: l’arrière-grand-père est allé, le grand-père est allé, le père est allé. Tous ces gens ont créé une caste de pharisiens, une famille de grands prêtres ou de prêtres. Puis un arriviste, un fauteur de troubles et une rebelle veut gâcher tout le système, assommer la dynastie, briser la carrière des pharisiens. Quelle sera la réaction, par exemple, que vous avez, si bien sûr vous êtes un pharisien? Comment voyez-vous un arriviste qui sait ce dont vous avez besoin mieux que vous? Tu sais ce dont tu as le mieux besoin, alors il dit que tu ne sais pas ce que tu vas vouloir faire avec lui?

Cette rebelle et révolutionnaire, ainsi que le prophète et le pionnier.

Il est apparu pour une raison. Ils seront bientôt plus nombreux. Les troubles sont inévitables. Ils vont gagner. Étant donné qu’il sera soutenu par le bas. Ces rebelles perdront quand même. Étant donné que la nature aime l’ordre. Elle crée des gens calmes, des hommes de loi et de rite plus que des rebelles. Les gens du rite n’ont besoin de rien. Il suffit d’aller et venir, au moins toute sa vie et de respecter les alliances des ancêtres.

CHAPITRE II

PHARISAÏSME

D’où viennent les gens du rite. Les pharisiens ne sont pas seulement les acteurs d’un passé lointain en Judée. Le pharisaïsme est une définition familière de deux poids, deux mesures et par simple hypocrisie. Tous les pharisiens terrestres sont attribués à l’avance à la malhonnêteté et aux prurits, il n’est pas nécessaire que le pharisien soit une personne noble et respectée dans la société. Un pharisien peut désigner toute personne qui prétend représenter la justice ou l’honnêteté. Par exemple, le fonctionnaire respecte la loi et au même moment dans cette hypocrisie ostentatoire il y a un intérêt. Il applique formellement la loi, mais en fait il vole. Dans n’importe quel culte et rite, il y a des pharisiens, dans l’état il y a des pharisiens. Les pharisiens sont nécessaires pour maintenir le système, ils sont encore plus nécessaires que les vrais passionnés de principe. Dans un état corrompu, les pharisiens sont plus importants que les conspirateurs. Les conspirateurs peuvent être nombreux, le conspirateur peut même être un peuple. S’il y a tant de corrompus au pouvoir, comment les pharisiens sont-ils arrivés là? Pourquoi n’y a-t-il pas de personnes honnêtes et fondées sur des principes au pouvoir? Tout le monde crie: Corruption! La corruption! Rien de ces cris ne change

Pourquoi?

Voici le problème. Par exemple, tout le monde veut obtenir quelque chose rapidement. Voler, mettre la main sur des moyens malhonnêtes ou privatiser et gagner beaucoup d’argent. Pour les gens traditionnels, il est également important d’avoir le statut d’élite, d’être des gens respectés. Pour les gens traditionnels, le statut est très important. Plus vite ce statut sera obtenu, plus la tradition sera respectée. Les alliances des ancêtres. Les personnes de statut d’élite ont plus d’opportunités que les gens ordinaires. Tout le monde y va avec ses propres intérêts. C’est cette culture. Les gens traditionnels ne se demandent pas comment vous êtes devenu une personne respectée, comment vous avez réussi. Surtout quand les relations de marché sont arrivées. L’URSS s’est effondrée. Peut-être que tu volais, peut-être que tu étais un bon courtier en bourse, peut-être que tu vendais des voitures sur le marché. Peut — être était-il un serviteur, un faux-nez d’un ancien patron communiste, peut-être hypocrite, peut-être même ouvertement volé un peuple ordinaire. À la sortie, seul le résultat de votre travail est apprécié. Par conséquent, le peuple traditionnel reste toujours l’otage de sa culture. Pour les personnes pour lesquelles la hiérarchie est importante, tout le reste n’est pas un frein sur la voie de l’objectif. Le but de tous les zeref (personnes traditionnelles) est le statut. Dans le respect. Dans le respect des aînés. Il n’y a rien de honteux à ce sujet, comme toujours, tout ce qui est superflu se pose sur la norme et le mauvais grandit sur le bon. Une personne super respectueuse fait un grand pas en avant si le sujet qu’elle respecte excessivement a une faiblesse. Tout fonctionnaire aime la flatterie. La flatterie est un faux statut. Que ce soit au moins quelque chose, mais le statut! Ensuite, ce n’est pas le respect lui-même qui devient une habitude, mais le travail avec la faiblesse de quelqu’un d’autre. Le jeune serviteur fait mieux. Dans le monde traditionnel, ils n’aiment absolument pas une personnalité indépendante et forte. Où est-elle en fait pu apparaître? Eh bien, l’aversion pour la nature forte a créé toutes les conditions pour la reproduction des serviteurs, extérieurement très respectueux, en fait de mauvais professionnels. Le peuple ne sait pas ce qu’est le pharisaïsme, mais il veut déjà que l’élite soit hypocrite. Les gens traditionnels s’unissent même pour choisir l’hypocrite le plus approprié

Comment font-ils cela? Complètement sans la démocratie notoire et les élections secrètes dans les bureaux de vote. Ils le font sans conspirer. Une solidarité totalement instinctive. Ce n’est même pas spécialement formé. Cela vient de la culture traditionnelle. C’est une culture comme ça. Tous les faibles s’unissent contre une personnalité brillante. Une autre question, pourquoi font-ils cela? Après tout, les gens traditionnels aiment la parenté. Dans ce cas, la parenté par le sang passe à la nouvelle parenté des âmes. Dans ce nouveau monde, ils peuvent tous être hypocrites: se féliciter mutuellement, attribuer des exploits inexistants, se réjouir de l’amitié avec le propriétaire. Personne n’est ici pas les empêchera d’agir pharisien, bien qu’ils ne le sachent pas. Cependant, il s’avère à nouveau le plus court chemin vers le but chéri.

Ainsi, le pharisaïsme ou l’hypocrisie ostentatoire est une qualité du monde traditionnel et une caractéristique des gens traditionnels. Ils apprécient beaucoup le temps et économisent leurs efforts. Quoi de plus facile qu’un visage fidèle (pathétique, voire héroïque fanatique)? Pour cela, il n’est même pas nécessaire de faire un exploit. Il faut flatter le patron. Effectuer le rite comme il se doit. Les ancêtres pratiquaient les rites. C’est aussi un rite. Tapotez, faites un discours, faites un tour sur la place. C’est pourtant très important.

À condition de ne pas prendre de risques. Les gens du rite ne vont pas à la Messe du rite pour sacrifier le corps, seulement les moyens. Ils acceptent d’accomplir le rite afin qu’ils ne soient pas soupçonnés de déloyauté et d’hostilité des pensées. Déjà une émeute, les parents traditionnels peuvent presser leurs enfants une goutte. Une humble génisse de deux reines suce… La modeste génisse a deux vaches sucer le lait ou de pharisiens qui s’infiltrent à l’étage (deviennent une élite) comme du sable dans une cage. Puis la cible la plus éloignée et la plus ordinaire se rapproche de la distance de la main tendue pour tous les hypocrites infiltrés. Bien qu’ils accomplissent leur tâche traditionnelle: construire une maison, leurs femmes leur donnent naissance aux mêmes petits hypocrites, y compris l’hypocrisie évidente et l’adaptabilité. S’il y a des Jumeaux de la culture traditionnelle, personne ne pose de questions inutiles du tout. Le corbeau ne picorera pas l'œil d’un autre corbeau. Tout le monde comprend que la tradition vient en premier. En raison de la limite de temps de la grande concurrence, tout le sommet déborde de tels pharisiens. Par leur nombre, ils débordent l’espace. Le régime ne résiste pas. S’effondre sous leur poids et tombe. Je vous assure qu’à ce moment de l’effondrement, de nouveaux hypocrites sont déjà mûrs. Ils attendent déjà, ils attendent leur tour. Ils ont aussi humblement sucé leurs vaches pour prendre le pouvoir.

CHAPITRE III

QUI REGARDE ET RÉVEILLE L’ABÎME

Tous les gens et les socialistes crient tout le temps: le peuple!

Le peuple est pauvre, le peuple souffre, le peuple est dans la tristesse. Je dirais tout de suite que les gens ne savent même pas qu’il souffre. Les personnes inertes accomplissent des alliances dont le nom est la vie. Je comparerais ce peuple au premier homme de la Bible, Adam. Il vivait heureux dans le jardin d’Éden et ne savait pas qu’il souffrait d’ignorance. De nombreux siècles. Puis un serpent rampe et persuade le deuxième homme — Eve de manger une pomme de l’arbre du paradis. Eva mange. Il apprend qu’Adam et lui ont souffert d’ignorance. Si ce serpent socialiste n’avait pas rampé et sagitté les ancêtres de toute l’humanité, c’est-à-dire de tous les peuples?

D’une part, il semble que les serpents ont raison. Il est en fait un bienveillant pour les gens, pas ce maître notoire du jardin d’Éden. D’autre part, il a condamné le premier couple de personnes au tourment Éternel de la terre. Dans ce conflit, il s’agit d’éduquer Adam et Eve ou non et de poser un conflit entre conservateurs et socialistes. Je ne suis pas du côté de qui, mais au milieu. Adam et Eve ont fait tant de bruit que les souffrances sans fin des peuples ont engendré des foules de socialistes. Ils crient maintenant: les Gens! Le peuple est pauvre, le peuple souffre. Les gens les ont demandés? Les gens sont tous aussi stupides jusqu’à présent que le premier Adam? Pour lui, il faut manger la pomme de la connaissance. Tous les socialistes, comme des serpents, rampent de différents trous et poussent des pommes directement dans la bouche de personnes inertes. Cela fonctionne? Les gens modernes sont devenus intelligents au moins un peu?

Le chapitre précédent parlait du sacrifice des socialistes et des populistes au nom des idéaux lumineux de la révolution. Eh bien, voilà. Tous les socialistes proclament des idées avec un plan à long terme pour les mettre en œuvre. Ils promettent certainement beaucoup. Ils veulent emmener beaucoup de gens dans un voyage incroyable. Si les gens qui les écoutent avec diligence ressemblent à Adam primitif? Ce sont les primitifs, par exemple, les êtres humains, qui vivent dans le désert ou dans l’extrême Nord paissent des troupeaux de Rennes. Que peuvent-ils voir dans cet avenir dessiné? Ils ne le voient pas. Ils ne le veulent pas du tout. Ils aiment les images elles-mêmes. Une telle terre promise. Dans toutes les promesses, les gens trouveront le plus important. Ce sera important, matériel. Ils n’attendront pas un avenir meilleur, en bref, mais s’installeront déjà sur le chemin d’un avenir meilleur. Après tout, sur le chemin du nouvel Éden du socialisme, personne n’a interdit de pratiquer la tradition: construire des maisons, fonder des familles et produire des descendants. Donc, ils ne voient dans toutes les images des révolutionnaires que la tradition. Ce que les ancêtres ont fait hier d’en bas, ils verront aujourd’hui en haut. Oui, ces révolutionnaires promettent de donner la terre. Qu’est-ce qu’un paysan a besoin d’autre? Si les révolutionnaires promettent du bétail, les nomades verront beaucoup de bétail. Rien de plus est nécessaire. Chaque zeref a son Éden dans son esprit. Si la population est de zerefs, alors ils ne sont vraiment fascinés que par les contes traditionnels. Dans ces contes de fées, tout le monde verra sa fin fabuleuse. Lorsque les zeref entrent dans le conte de fées, les zeref se débarrassent des conteurs et laissent leurs compatriotes au massacre des pharisiens. Les pharisiens tuent les révolutionnaires. À ce stade, les pharisiens sont plus proches du peuple que les conteurs. Le peuple est toujours plus proche de la tradition et veut une hiérarchie. Bien sûr, ils comprendront qu’ils n’ont plus besoin de conteurs socialistes. Les gens, les gens ordinaires n’empêchent pas les pharisiens de retirer les révolutionnaires de la colline. Les personnes inertes sont toujours occupées seul elles-mêmes, leur travail, leur famille, en général, elles sont occupées par de vieilles affaires. Et bien sûr, ils choisiront les bons chefs. Ils n’ont pas besoin de tâches lointaines, par exemple, le socialisme dans le monde entier n’en a pas besoin du tout et leurs rites sont accomplis par les pharisiens du village. Ainsi, les révolutionnaires socialistes ne sont pas les gens traditionnels pour de zerefs. Dangereux pour les révolutionnaires de leurs propres camarades, sont pharisiens. Ceux qui sont venus accomplir les rites ces gens viennent directement du village et ils savent immédiatement qui est l’aîné et qui sera en haut. Tant qu’il y avait un ennemi commun, les pharisiens étaient dans les rangs des héros. Même faux exploits au nom d’un avenir meilleur. Bien sûr, en tant que véritables zeref, ils ont également vu leurs perspectives. Sur le chemin du rêve chéri, ils reconnaissent les socialistes comme leurs amis. Dès que les zerefs ont arraché les premières récoltes de la victoire, ils se sont rapidement regroupés, même sans équipe. Ils ont vu leurs objectifs. Ils ont vu une vieille ornière de tradition. Les zeref n’ont plus besoin de rien. Du têtard, nous savons, on obtient quand même une grenouille. De même, combien de gens traditionnels ne sont pas bourrés d’histoires sur le grand océan, ils rêveraient quand même de leur vieux marais. C’est ainsi que de nouvelles dynasties de “têtards” ont commencé, qui ont d’abord parfaitement correctement et révolutionné leurs queues.

CHAPITRE IV

L’IDÉE ET LES HYPOCRITES

Il s’avère que le pharisien ne se soucie pas du remplissage abstrait. Il est beaucoup plus intéressant qu’une assiette pleine de soupe. Pour l’atteindre, il doit faire un visage assez intelligent. Assez intelligent pour plaire. Puisque les orateurs ou les personnes supérieures, qu’ils soient sept au moins sept pouces sur le front, restent toujours infectés par la tradition (bien, pas de la lune, tous les révolutionnaires sont tombés, après tout), ils prennent cette expression assez intelligente pour idéologique. Même les chefs et les orateurs ne peuvent pas être tout le temps sur le ton. Ils se détendent et veulent le calme et le confort. Quel genre de personne ne veut finalement pas aller dans un coin et dormir? C’est juste un moment de silence et de confort conditionnels, il y a un moment de triomphe de tous les pharisiens dans le monde. Peu importe où ils sont venus avec le rêve d’une assiette de soupe précieuse avec leur expression faciale dévouée et intelligente. Toutes les idées dans le monde, de la direction religieuse, c’est-à-dire le plan métaphysique, au changement révolutionnaire du système social, souffrent des pharisiens hypocrites. Ils veulent se faire, faire carrière et entrer dans n’importe quelle organisation. Même à l’église. Même dans la révolution. De l’église et de la révolution, ils ne sortiront qu’une assiette de soupe. Peut-être que cinq ans, peut-être même soixante-treize, mais tout va s’ouvrir. Il s’ouvrira comment ils ont infiltré le parti des révolutionnaires, comment ils ont exterminé les révolutionnaires, comment ils ont eu une progéniture dans la maison de la révolution et comment leur progéniture en a marre des bavardages hypocrites. Ce sont les descendants des premiers pharisiens qui ont brisé la maison, l’église et la religion, tous dans l’esprit de la tradition. Ils mangent même l’église traditionnelle. Qui croirait Dieu s’il était servi par des hypocrites? La première génération d’hypocrites ne fait que s’adapter aux circonstances. S’il faut être révolutionnaires, ils deviennent révolutionnaires, s’il faut être contre-révolutionnaires, ils deviennent thermidoriens de la révolution. La deuxième génération de pharisiens parodie l’hypocrisie des premiers pharisiens avec le même succès, mais avec moins de passion. Pour la deuxième génération, ce ne sont que les paroles et les actes des pères hypocrites. Par conséquent, ce n’est pas difficile — à répéter et à ne pas prendre de risques. Leurs pères ont vraiment pris des risques. Au moment du risque, on savait au nom de quoi. Au nom de la famille, au nom de la tradition. Pour que leur progéniture ne vive pas aussi mal qu’ils ont vécu mal. Pour que ses enfants vivent dans un monde “où ni moi ni toi n’aurons à vivre”. Ils ne vivaient pas aussi pauvres que leur père. Les idées communistes ont plu aux zeref pour la prospérité future de leurs familles. Ce n’est pas le contraire. Toutes les idées doivent être comprises par tous les gens traditionnels, en d’autres termes doivent être soutenues par le peuple (majorité physique). Sinon, les chefs et les prophètes de la révolution ne peuvent pas vaincre le vieux parti d’hypocrites fainéants, féodaux. C’est la règle de la lutte. Les anciens traditionalistes — les zérots, l’élite féodale — n’étaient pas moins préoccupés pour l’avenir. Ils n’avaient rien à offrir à la nouvelle génération. Les révolutions se produisent toujours lorsque la population augmente. Les peuples traditionnels sous la féodalité se reproduisent bien malgré de mauvaises conditions sanitaires, ce qui signifie que les anciens stocks ou les stocks préparés de la famille ne suffiront pas à une nouvelle foule de bouches. Tous les zérots perdants (seigneurs féodaux de l’ancienne élite) avaient et auraient des problèmes avec les prévisions et la fourniture, parlant le langage moderne, il y avait des problèmes de logistique. Tout est à blâmer pour ce progrès technique, qui est venu tout le temps avec l’agression commerciale des Nations avancées, des Nations commerciales. Par conséquent, ne pouvant obtenir leur part, comme leurs pères l’ont fait à l’époque, les jeunes zeref meurent de faim, murmurent et migrent — ils trouvent un moyen de sortir. Ils fuient le village où la famine sévit et trouvent le salut dans la ville. Ils trouvent dans un nouveau rêve, bien sûr et la perspective de vivre mieux que leurs parents. Juste ces gars affamés et excités et viennent aux rassemblements de socialistes de différentes couleurs. Le monde, peint dans les beaux mots des révolutionnaires, ils aiment bien sûr. Après tout, tout le monde comprend l’avenir comme il le veut. Dans les beaux mots des révolutionnaires, tous les hommes sont égaux. Tout le monde est né pour le bonheur. Ce n’est pas le cas. Au début, la foi n’est jamais comme l’hypocrisie. La foi n’est jamais comme une hypocrisie de masse. Sinon, les hypocrites se tueraient avant de réaliser leurs beaux contes de fées. Les plans des zeref sont toujours quotidiens. C’est la deuxième règle. Ils sont vraiment enflammés par des discours enflammés. Ils bougent et crient en réponse aux révolutionnaires:" nous sommes d’accord!“Mais même allumés par ces mèches, ils ne savent pas encore que ces mêmes discours sont écoutés leurs ancêtres sont partis dans le monde d’un autre. Ils, ces ancêtres ne sont pas morts du tout, c’est seulement à l’extérieur, dans ce monde, ils ne semblent pas, mais ils sont. À l’intérieur de chaque zeref, ils sont plus vivants que tous les vivants. Ici, ils écoutent les révolutionnaires et ne craignent pas que leurs enfants et leurs héritiers vivent bien. Maintenant, au moment du rassemblement, les voix intérieures sont encore silencieuses, elles se taisent pendant la révolution, car elles voient une très bonne perspective pour les petits — enfants, même pendant la guerre civile, elles se taisent, au contraire, encouragent les faibles d’esprit-leur insufflent leur esprit belliqueux et la passion de tous les ancêtres. Quand tous ces chemins sont passés et que la réalisation réelle du rêve reste un peu, c’est là que tous les ancêtres, les voix intérieures s’animent, se réveillent du néant — il n’y a pas de mort et dirigent vraiment les affaires et les pensées de leurs descendants. Les voix internes rapportent zerefs — battez tous les révolutionnaires, ils vous empêcheront de vivre, selon nos rites! Les révolutionnaires eux-mêmes n’ont pas d’enfants du tout. Ils ne veulent avoir des enfants que lorsque l’avenir sera brillant. Toute l’énergie, toute la force et toute la santé des révolutionnaires ont donné, mis sur l’autel de la lutte. (Et chez les zeref, au contraire, il y a toujours beaucoup d’enfants et une progéniture abondante malgré tout). Puis les hypocrites pharisiens commencent à mettre les révolutionnaires en prison, commencent à torturer les héros, à la fin, à être fusillés comme des traîtres. Ô grande voix des ancêtres! Ces voix ont vraiment montré leur force. Surtout pendant les processus staliniens. Après soixante-dix ans en URSS, personne n’a compris comment cela s’est passé? Pourquoi le grand Empire rouge est-il tombé? Le pays n’est pas tombé de l’attaque des forces armées de l’extérieur. Si l’ennemi attaquait, tout le monde s’unirait contre l’ennemi. Unis et gagnés. Ils auraient été tombés de propre élite. Ici, vous devez faire une pause. Tout le monde doit apprendre et reconnaître les dirigeants de l’URSS, pas les chefs, mais les hypocrites. Les pharisiens ont détruit l’URSS. Petits-enfants et enfants de paysans. Oui, ils ont changé au-delà de la reconnaissance. Ces petits-enfants ne ressemblent en rien à leurs ancêtres hypocrites — les compagnons des révolutionnaires, qui ont abattu en 1937, ces mêmes révolutionnaires. Comme les pères, ils écoutaient des voix tout le temps. La tradition vit réellement, ne fait que changer la qualité. Les pères ont beaucoup de qualités conservatrices, leurs enfants ont peu de qualités conservatrices. Ça suffit. La tradition pénètre à la fois dans la religion et dans la révolution sociale de la même manière et avec succès. Est-il possible de croire les zerefs aux gens de la tradition? Dans un premier temps. Ils resteront fidèles aux alliances de leurs ancêtres. Les zeref ne se soucient pas de la religion et de la structure qui les entoure. Au moins féodalisme, au moins socialisme. Ils s’adapteront toujours. Ils prennent l’apparence de l’environnement presque comme des animaux. Pourquoi les animaux changent-ils? Avec un but — ils veulent survivre. La tradition met tous les gens traditionnels au défi de survivre. S’il y a des perspectives non seulement pour survivre, mais aussi pour doubler, tripler en nombre, personne ne s’y oppose. Ils ont toujours beaucoup d’enfants. Tous les zeref sont des hypocrites potentiels, mais ils ne le savent même pas. Tous les régimes et toutes les églises et autres bâtiments, les dictatures sont tenues au détriment du nombre de zeref, après tout, tous les États et dictatures sont même tenus au détriment du ciment humain inerte. Tous ceux qui veulent fortement survivre, puis se multiplier, que d’apporter un mal de tête au prochain dirigeant, accepteront n’importe quelle idée, mais avec les alliances qui dorment en eux, avec les ancêtres qui dorment en eux. Les zerefs ne se soucie pas, encore une fois, quel système, quelle religion domine, quelle idée domine et absorbe. Ils accepteront tout. Avec un but.

Après la formation (formation des sergents), je suis entré dans la partie. Un étrange soldat du caucasien est sorti du bâtiment de trois étages de la caserne. Qu’il s’agisse d’un grand-père (soldat ayant une durée de service supérieure à un an et demi) ou non, il y a quelques subtilités dans les détails des vêtements ici. Bien sûr, il avait une ceinture en cuir dégonflée (les soldats ordinaires en similicuir), les bottes étaient courtes (coupées ou cousues individuellement). Ce qui était le plus comique sur cette figure inclinée à la plénitude, c’est le Panama (chapeau de soldat pour le sud où la température est élevée) brun sur la tête. Le Panama ordinaire est de couleur verdâtre protectrice. Il l’a enduite de peinture. Ceci est interdit par la Charte de l’armée. Les Arméniens d’en bas, parmi les dix-douze, ont commencé soit à s’enthousiasmer pour cette vue, soit à apprécier la tenue du gros homme — il y avait un échange poli d’opinions avec une nuance évidente de surprise, de servilité, d’hypocrisie. Dans la soirée, lors d’une réunion à la maison du cinéma dans l’honneur de la célébration du prochain anniversaire du pouvoir Soviétique, bien sûr, tout le régiment a été assemblé. Les zampolites (officiers politiques), les officiers et… à la fin, la parole a été donnée à ce gros homme. Il s’avère qu’il était candidat au parti communiste. Bien sûr, il y avait une autre portion de mots de service. Le gros a assuré avec pathos et accent caucasien en même temps que la jeune génération sera fidèle aux alliances et construira le communisme…

À la sortie de la grande salle, alors que la foule ralentit devant l’ouverture de la porte, quelqu’un m’a collé à l’arrière de la tête. J'étais chauve et j’ai eu l’ordre de me couper les cheveux. De ce zatschina s’est avéré très sonore. De plus, il a accompagné ce coup à l’arrière de la tête avec des mots racistes. En me retournant-une réaction naturelle, j’ai vu ce gros candidat du parti communiste! De plus, il accompagnait ce coup, je ne me souviens pas exactement, avec un coup de pied. Très probablement, le coup était de lui ou de ses compatriotes. La pitrerie sadique était accompagnée de mots encore racistes: Churka! Allez, sors vite. Ce qui a provoqué le rire de ses compatriotes. Lorsque l’URSS est tombée dans le Caucase, de tels communistes ont régné ici.

CHAPITRE V

FIN DE LA RÉVOLUTION MONDIALE

Celui qui n’était rien est devenu tout. La révolution mondiale est annulée. Lorsque les bolcheviks sont arrivés accidentellement en Europe, ils ont vu que les européens ne voulaient absolument pas du communisme. Même les travailleurs européens et le prolétariat allemand sont à l’avant-garde de ce streukbrecherstvo, sans parler du burgherstvo allemand et du junkers. Personne n’a brûlé le désir de construire un monde juste selon Marx. Certains détachements de rebelles européens, qui se sont levés sur la vague de la famine et de la dévastation après la guerre mondiale, ont été supprimés par les détachements locaux de la bourgeoisie. Ce n’est pas parce qu’il n’y avait que des jeunes Juifs dans les chefs des groupes rebelles. La seule fois que les bolcheviks ont pu intervenir dans leur avenir et élargir la base du marxisme victorieux pendant la guerre soviet-polonaise de 1920, le génie de Staline est intervenu dans le destin du monde et de l’URSS. Quel accident fatal ! Est-ce un accident ?

Un montagnard vulnérable et un terroriste qui a mené la révolution mondiale avec des jardins paysagers et le monde russe ont échoué non seulement le plan militaire de prendre Varsovie, puis de poursuivre la campagne de Berlin, mais ont également créé la voie de l’URSS comme “socialisme dans un pays” ou socialisme dans une “forteresse assiégée”. Ce moment ou coïncidence fortuite a prédéterminé la fin du marxisme en tant que projet et de la révolution mondiale en tant que cas. Il y avait une défaite du socialisme. Le socialisme n’a pas eu lieu sous la forme d’un système alternatif. Le monde russe, on le sait, est construit sur la communauté, sur le soi-disant monde russe. Ce monde permet de contrôler chaque membre de la communauté afin qu’il travaille bien, avec diligence, ne soit pas paresseux et ne lève pas la tête (la rémission patriarcale est un Revсon). Quand les propagandistes de Karl Marx sont arrivés, il n’y avait pas de meilleur public que le russe. Ils ne trouveraient plus les oreilles les plus sensibles et les cœurs les plus sensibles. Les cœurs non européens des burgers et des Junkers étaient le terrain le plus fertile pour l’agitation, à savoir les paysans russes. Puisqu’ils ne reconnaissaient pas les célibataires au sein de la communauté. Les spéculateurs de différents-la bourgeoisie n’a pas complètement créé. Puisqu’ils méprisaient. C’est par la dictature qu’ils ont aimé l’idée de la dictature du prolétariat. Dans la communauté russe, il y avait une dictature de personnes âgées. Les communs ignorants ont ressenti dans la dictature leur monde de pères. Comme le poisson a trouvé son étang, les zeref ont trouvé leur barbe chez Marx.

Pourquoi les paysans révolutionnaires ont-ils massacré les révolutionnaires?

C’est sous le drapeau de cette dictature que les zeremides ou les descendants des serfs ont exterminé sous la direction de Staline toute l’aristocratie communiste (intelligentsia, compagnons de Lénine — Trotsky). Ainsi, selon revcon, les prolétaires, eux aussi d’anciens paysans de la communauté, sont devenus des” créateurs “du monde du communisme dans l’interprétation des artistes — créateurs traditionnels, qui dans 72 ans avec l’arrivée du marché deviendront également des” personnalités”, des personnalités — acheteurs. Notez que tous les cadres sur les réformes et le gouvernement sont toujours tirés d’en bas. Ils sont donnés par le peuple lui-même. C’est la culture, la culture du peuple. Pas l’aristocratie, au moins une sorte, au moins féodale, elle a été fusillée en premier, pas l’intelligentsia communiste — du milieu des autorités révolutionnaires, ils ont été fusillés en 1937, mais les bas déterminés le sort de l’URSS. Nous savons déjà que les zéréfites deviennent des zérémides, puis des rémides et c’est l’échelle de croissance de la réflexion. Les russes n’ont jamais nommé les imbéciles au sommet — la communauté et sa partie, sinon il y aura des dommages, des pertes à tous les membres de la communauté. On ne peut jamais donner des droits aux imbéciles. Sous le soi-disant socialisme, ils ont choisi le meilleur des pires, ou plutôt des hommes modestes et sensibles, respectueux des personnes âgées et de la tradition. Pas les dirigeants les plus talentueux, mais choisis parmi les candidats ayant des racines folkloriques. La discipline et la soumission viennent en premier. Vous reconnaissez? De là, toutes les pousses d’égoïsme ont été supprimées et acculées par la communauté. Celui qui recevait la rémission ou le droit à la direction recevait également des avantages, ce qui était tout à fait conforme à la tradition

C’est quand remids est apparu (né) la deuxième génération, puis la troisième et même tout le monde très compétent, les anciens pionniers soviétiques et les komsomols de la génération des créateurs du socialisme sont devenus des banquiers et des négociants en bourse avides et corrompus. Des choses nouvelles et chères leur ont remplacé les anciens badges qu’ils portaient pour le prestige sur leurs vestes. Les jeans américains et la saucisse ont pu les remplacer par toutes les valeurs et idées. Pourquoi? Voici pourquoi. Nous devons nous rappeler qui étaient ces dirigeants du monde russe sous la forme du PCUS et de l’URSS. Ils étaient tous des zeref — rémides ou la première génération urbaine. Pour les zeremides, porter un costume coûteux est un événement important et mémorable. Les zeremides sont tous très vaniteux et faibles sur l’encouragement, toujours en attente et en attente de la flatterie des témoins. Toutes les personnes modestes aiment la flatterie. C’est la loi de trasotz (société traditionnelle — Revkon). Tous les mauviettes aiment ça. Le président est aussi une” personnalité” de très grande taille. Sur les marchés aux puces, les commerçants ne vendent pas en vain des lunettes avec les noms “Président”, “Diplomate”, “Premier ministre”. De nombreuses organisations privées dirigent également des présidents, des centres d’études politiques, des institutions, où l’employé n’est qu’un et bien sûr, il est également président. Ce n’est pas seulement la mode. C’est de la flatterie. Il devrait donc être clair que si zerefa peut être acheté avec quarante variétés de saucisses et de jeans, alors zeremida et remida sont des flatteries. Surtout si le nouveau statut libère du monde et permet de s’enrichir sans dimension. Ainsi, nous devrons attrister les partisans de la” théorie du complot” selon laquelle l’URSS est tombée à cause des intrigues extérieures et de l’infiltration du renseignement américain. En fait, il y avait une coïncidence des valeurs traditionnelles de Promotion, de croissance et de flatterie du marché.

D’abord, beaucoup de bons mots — flatterie. En devenant des personnalités présidentielles, les dirigeants Républicains et périphériques ont commencé à réduire la rémission ou plus précisément le contrôle du milieu des affaires. D’où le pari non pas sur l’idéalisme soviétique, pas sur la rémission et la conscience passées, mais sur la solidarité civile (forcée) et ethnique et sur le retour au monde russe, à l’identité nationale. Puisque les gens compétents, mais privés de leurs droits (scoops) ont reçu des choses importées en retour, ils n’ont pas résisté à ces soi-disant réformes d’en haut. Ils se taisent tout de suite. Par habitude. Ainsi, le nouveau nationalisme s’est avéré non pas aux dépens des zerefs, qui dans la deuxième génération deviennent des zefags — fanatiques, mais au détriment d’un nom que c’est prétendument le nationalisme, nous construisons un État-nation et tout. Tous ainsi tous.

Les rémides sont des souverains.

C’est l’élite. Ils ne peuvent pas être nationalistes. C’est pourquoi le premier nationalisme n’était pas réel, mais l’invention du PCUS (vieux communistes — pharisiens). Jusqu’à ce que le projet. Si, pour le silence et la soumission, les magasins (maintenant les supermarchés) sont remplis de saucisses, de fromage, de thé et d’autres pénuries, pourquoi pas? Depuis tout bâtiment repose sur les fondations, pour le nationalisme a commencé à creuser une fosse de produits. C’est — à-dire que la sélection de personnes moins réfléchies dans la nouvelle élite du marché n’était pas uniquement due à l’appartenance ethnique, au fait que vous êtes un zeref, un homme du peuple et non un remid. Le meilleur moyen de sélection était le discours natif. Quelle langue parlée avant la révolution. Il y a eu des gémissements permanents et des pleurs sur la langue des ethnies de différentes parties de l’URSS. Qui ont commencé à s’estomper avec l’apparition des premières formes du bâtiment du marché. N’oublions pas un Instant que toutes ces réformes sont écrites par un compositeur de marché. Le marché est ici le principal client de la musique ethnique. Les zeréfs, des gens du peuple nés à la périphérie, ont repris la première place et se sont rangés parmi les trompettistes de la privatisation. Ils n’étaient nécessaires que pour la privatisation. Selon la loi de la tradition, ils doivent devenir les nouveaux zérémides pour devenir la nouvelle élite traditionnelle. Aider. Entrer dans une nouvelle élite. Dans l’intervalle de nouveaux locataires se sont installés dans les villes, ils ont grandi avec des enfants. La réflexivité est devenue limite, est tombée. Maintenant, il n’y a ni démocratie ni liberté. La seule nourriture en abondance dans le supermarché est là. Dans une enveloppe peinte. Le marché au milieu agite la baguette d’un chef d’orchestre invisible: “Tous ceux qui font du commerce, tous sont des personnalités!” Ainsi, les enfants réfugiés des villages dans la ville et se sont engagés dans le commerce ils se sont donc transformés en zefags ( le zefag = zeref+ refag) et ont donné un véritable symptôme du nationalisme de l’élection sur la base des données externes et ethnique la base de parole. Revcon révèle ainsi l’impact du marché qui a besoin de travailleurs zeref. Ils diront que Marx n’a rien à voir avec ça. Il voulait que le prolétariat en fasse des chefs, des créateurs du socialisme et détruise ainsi le monde traditionnel. Qui n’était rien est devenu tout… Où est le marché? Comment tu es revenu? Oui, le prolétariat ou un ancien membre du monde paysan pourrait devenir tout, mais pour cela, il ne devait pas détruire son intelligentsia. Seule l’intelligentsia, détruite en 1937, pouvait le sauver de l’échec.

CHAPITRE VI

POURQUOI UN COMMUNISTE FAIT D’UN CHIEN A-T-IL GAGNE

Pourquoi Sharikov a-t-il gagné En Russie Soviétique (un communiste fait d’un chien)

Marx: » le retrait de l’auto-exclusion suit le même chemin que l’auto-exclusion " (18, P. 113). L’expression la plus récente de cette première forme de communisme est Proudhon, qui a déjà compris que l’essence de la propriété privée est le travail et sa forme est le capital et exige donc la destruction du capital en tant que tel. Cependant, en général, il est resté sur les positions du communisme grossier, qui voit toutes les abominations de la société moderne uniquement dans le fait de la propriété privée, dans la répartition inégale de la richesse matérielle et ne remarque pas l’aliénation dans le domaine de la politique et de la vie spirituelle, l’auto-exclusion de la personne humaine, de ses talents, de ses sentiments, etc. … Qu’une telle abolition de la propriété privée n’est en aucun cas un véritable développement de celle-ci, on peut le voir précisément à partir du déni abstrait du monde entier de la culture et de la civilisation, du retour à la simplicité naturelle d’un homme pauvre, grossier et sans besoins, qui non seulement n’a pas dépassé le niveau de la propriété privée, mais n’a même pas grandi avant elle. Pour ce genre de communisme, la communauté n’est que la communauté du travail et l’égalité des salaires payés par le capital communautaire, la communauté en tant que capitaliste universel” (18, P. 114 — 115). C’est donc un communisme qui ne détruit pas, mais perçoit en lui-même la négation universelle de la personnalité de l’homme, engendrée par la propriété privée. Par conséquent, le communisme grossier “n’est qu’une forme de manifestation de la méchanceté de la propriété privée qui veut s’affirmer comme une communauté positive” (18, P. 116). Excellent! Pourquoi le marxisme a-t-il tant plu aux paysans russes et à l’intelligentsia russe, alors que l’intelligentsia européenne et la bourgeoisie n’ont-elles pas montré une grande passion pour le marxisme?

Les paysans russes ont aimé le marxisme du côté clair de leur égalité. Juste à ce moment-là, les soldats étaient fatigués de mourir soudainement pour le roi sur le front et la question foncière s’est aggravée. En ce qui concerne l’intelligentsia russe, c’est presque la même chose, mais l’intelligentsia n’avait pas besoin de terre, pas de jardins potagers et pas de bakhcha, mais de droits. Un autre niveau de revendication. Toute l’intelligentsia russe n’a pas été imprégnée du marxisme, presque à 80% cette intelligentsia cherchant l’égalité républicaine. D’où la recherche mutuelle de la vérité, qui est en réalité simple et ouvertement bourgeoise. Le roi n’a pas été arrêté par des nobles de piliers, mais par des nobles de service, dont les pères n’ont pris que la noblesse ou ont reçu des postes d’état. Bien sûr, il n’y avait pas de marxistes parmi ces patriotes. Ils sont apparus quelques mois plus tard dans le rôle des protagonistes (en octobre 1917).

En général, le principal moteur des événements suivants était l’envie banale, d’où le populaire” Take and share!”. À propos de l’intelligentsia, vous ne pouvez pas dire cela immédiatement, mais vous pouvez en partie. La qualité principale ici est l’ambition. En outre, les intellectuels marxistes ont parlé au nom du peuple qui a éradiqué cette intelligentsia abstraite et importante (selon la loi revcon sur l’impôt sur l’élite), le peuple lui-même est devenu important, mais pas abstrus. Les intelligents sous le formulaire de personnes abstraites, le peuple russe n’a jamais aimé l’aversion presque de classe. Il serait d’accord avec un Monsieur pas tout à fait intelligent, mais strict, c’est oui. Monsieur le chef, par exemple ou le secrétaire général de Staline. Ce n’est qu’à partir de là qu’un certain nombre grotesque de dirigeants soviétiques ressemblant à des présidents de kolkhoze pourrait émerger, malgré la prochaine décennie du pouvoir soviétique (et dans l’histoire moderne) se substituant l’un à l’autre et diminuant non seulement en talents, mais aussi sensiblement en croissance physique. Petit, petit, encore moins petit. L’homme autonome marxiste, qui devait retirer son auto-exclusion, s’est avéré non pas sous la forme d’un intellectuel pourri lu et émancipé, c’est-à-dire complètement développé, mais sous la forme d’un intellectuel pourri. Cet intellectuel est alors devenu naturellement libéral et russophobe et ses défauts même physiques pourraient alors être réalisés dans la manifestation du libéralisme et de la démocratie. Regardez voir. Tous les soi — disant démocrates et russophobes ont un défaut clair, soit des défauts physiques, soit des déviations mentales. Ils sont obliques, ils sont psychopathes. Un autre type marxiste alternatif d’autosuffisance de la personnalité marxiste a été détruit en 1937. Cela signifie que Marx n’a pas décrit l’émancipation sociale de l’homme du peuple dans notre cas de zeref (la réflexion de zéro, ze — ref), mais une personne de culture intellectuelle moyenne. Pour éliminer l’auto-exclusion, c’est-à-dire quand une personne se réalise en tant que personne, il fallait non seulement des connaissances de base, même des compétences en lecture et en écriture, mais aussi une culture, des opportunités de départ. Nous savons que la dictature du prolétariat a été prise comme base, c’est-à-dire la dictature d’un groupe de personnes qui ont travaillé pendant un certain temps dans l’usine, mais qui étaient où sont restés des paysans sur le sang et l’esprit. Les intellectuels marxistes ont-ils soulevé leur importance et leur rôle dans l’histoire sur le plan pratique? Ensuite, les rusés et les romantiques ont été eux-mêmes détruits, torturés, abattus. C’est de l’ignorance. Le marxisme russe est allé à une lourde taxe sur tout le peuple, sur toute la société, sur tout le soi-disant marxisme, après tout a finalement émergé et la restauration bourgeoise en 1991. Ce qui devait être prouvé. Les paysans, même devenus intellectuels, dans la deuxième et la troisième génération penseront comment augmenter leur dotation — pour construire une datcha, par exemple ou organiser un fils dans une Université prestigieuse. Quand cela est devenu complètement évident, cela a éclaté sous le formulaire de privatisation, de vol de toutes les valeurs matérielles de l’URSS. La privatisation et la nouvelle féodalisation sur la base des nouvelles technologies et de la démocratie occidentale sont la poursuite du paiement de la même taxe sur l’élite, lorsque la nouvelle élite populaire veut être populaire, mais veut être mondiale. Pour qu’elle soit reconnue dans le monde en tant que partenaire de l’élite mondiale. Ici encore, il n’y a pas de titres de noblesse, pas de sang bleu, mais il y a la même forte passion de zeref pour être une élite avec un portefeuille d’argent, plus précisément avec des comptes de gros chiffres de fortune personnelle.

CHAPITRE VII

“PRENDRE ET PARTAGER”

Toutes les familles traditionnelles sont très nombreuses. Les pères de familles traditionnelles ne peuvent pas donner à tous les fils un héritage égal. En Europe, le père transmettait généralement l’héritage aux fils aînés. Cette transmission de l’héritage aux fils aînés de la famille s’appelait majorat. Les plus jeunes enfants ont été forcés de chercher eux-mêmes la chance. Les plus jeunes fils sont partis en ville. Ils ont créé des dynasties d’artisans urbains. Tous les bourgeois de la ville sont tous des fils cadets autrefois privés de l’héritage de leur grand-père. Bien sûr, les dynasties ont été créées pendant plus d’un an. Tous les gens grandissent, vieillissent, il arrive un moment, déjà fils le plus jeune eux-mêmes dans le rôle des pères. Maintenant, il doit donner quelque chose à ses fils. Les pères des bourgeois de la ville devenaient eux-mêmes les intendants de leurs biens. Encore une fois, la transmission de l’héritage a eu lieu, comme c’était déjà le cas dans son village Natal. Dans la ville, ce n’était pas si tyrannique, pas si dramatique. La bourgeoisie a toujours eu l’occasion d’adoucir les vieilles mœurs. Par conséquent, dans la ville, le mécontentement des fils plus jeunes et l’indignation se produisaient doucement. Les fils plus jeunes se sont mélangés avec les fils plus âgés et la transmission de l’héritage est devenue une action formelle. Bien sûr, par tradition, les privilèges des aînés ont été formellement préservés. Les aînés ne sont pas tous et pas toujours intelligents, pourraient être des idiots. Bien que la frivolité ait toujours été différente, ce sont les plus jeunes fils. Puisque leurs parents les gâtaient. Il est impossible de transférer les biens acquis par de nombreux travaux du père et peut-être plusieurs générations d’ancêtres à un héritier stupide. Cela ne peut être. Personne, aucun père n’est venu à l’esprit — prendre et partager tout l’héritage également. Cela violerait l & apos; éthique paternelle. Pour le peuple traditionnel, la hiérarchie est importante sous toutes ses formes. Sinon, selon l’élite féodale (zeroots), le chaos viendra. Où, à quel endroit pourrait-on penser-prendre et partager tous les biens?

Il y a un endroit et il y a des sociétés où les droits des fils aînés n’aiment personne. Cette humeur et cette indignation ont toujours été dans la tête des plus jeunes fils! Le monde traditionnel lui-même dans la personne de jeunes fils se rebelle et les esclaves peuvent aussi être des fils, ainsi que des paysans, des pirates, des bandits, des pillards, voire des prolétaires. Tous les travailleurs rebelles ne sont pas les plus jeunes des familles, mais tous les “prolétaires n’ont rien à perdre, sauf les chaînes”. C’est-à-dire, toutes les traditions rebelles dans le monde et tout le monde précédent de l’humanité vivait précisément dans la hiérarchie, au milieu de l’injustice et de l’exploitation du faible par le fort, mais toutes les rebelles se sont rebellés contre l’injustice, contre la hiérarchie, contre les ordres établis par l’élite. L'élite traditionnelle est un père commun à tous. Comparer le mécontentement du plus jeune fils, tous les plus jeunes fils au désespoir de tous les esclaves du monde semble un peu étrange. Sans base matérielle, vous ne pouvez pas fonder une famille! Au nom de quoi se rebeller à tous ceux qui sont désavantagés dans le monde? Au nom des droits de l’homme, au nom de la justice? Cette justice a été inventée par les poètes. Philosophes du nouveau temps. Tous les gens traditionnels s’indignent s’ils ne peuvent pas répéter le chemin des ancêtres, le chemin des pères. Au nom de cela, ils doivent briser le système si le système ne leur permet pas d’avoir des enfants. Au nom de quoi vivent-ils alors zeref? Qui a besoin de leur vie de chien? C’est pourquoi le “prendre et partager” n’est pas apparu chez les socialistes du peuple, mais à l’intérieur du peuple lui-même, qui ne peut, s’ils sont privés de la possibilité, répéter le chemin des ancêtres. Il n’y a pas de tradition, il n’y a pas de sens populaire. Prendre et partager est apparu dans le cratère même de la tradition. Ce sont les gens qui ont été privés de l’héritage conditionnel qui ont soulevé leur lave de protestation. Qui est encore devant les yeux? Les gens traditionnels sont les zeref. Oui, à première vue, le nouveau communiste Sharikova a l’air stupide, tout comme l’ancien chien. Tous les esclaves du monde n’étaient-ils pas des chiens pour l’élite exploitante? Vous ne pouvez pas comparer tous les malheureux et les pauvres du monde avec un imbécile et un arriviste. Tous les malheureux avant Sharikov et après Sharikov pensaient exactement comme un communiste Sharikov-à prendre et à partager. Sharikov est un ancien chien d’après le roman de Boulgakov. Auparavant, il n’y avait pas d’enseignement du communisme scientifique. Il n’y avait pas non plus Karl Marx. Il n’y avait personne pour dire au grand Spartacus et à ses camarades esclaves que leur affaire était l’affaire des condamnés. Les esclaves pouvaient encore battre les légions romaines. Ils auraient pu sortir de la prison romaine et. Ce n’est plus. Ensuite, les esclaves créeraient leur propre état. Cet état serait redevenu esclave, selon les lois de la tradition. Il y aurait de nouveau des messieurs et des esclaves. C’est-à-dire que leurs pères tribaux seraient immédiatement apparus. Les pères tribaux ont leurs fils aînés et plus jeunes. Il y aurait des animaux de compagnie, mais aussi des rejetés. Dans de nombreux siècles, des centaines de milliers d’esclaves du capitalisme commenceront à prendre d’assaut leur ciel prolétarien. Qu’est-ce qui va les déplacer? Ne regardez pas tous les esclaves affligés avec des yeux parfaits. Tous les esclaves ne sont pas saints et tous ne sont pas misérables. Ils prendront et partageront tous les biens du “père”, comme ils le pensent — selon le communisme scientifique et en fait, comme leurs pères l’ont partagé. Que va-t-il se passer à la fin? Il faut regarder non seulement la source de la rivière de montagne, mais aussi le marais du Delta. Comme tous les gens traditionnels avant et après eux, ils créeront une société de nouvelle éthique paternelle. Où seront leurs dirigeants-élite rouge et seront leurs victimes avec les visages rouges de l’indignation. Certains auront des privilèges, d’autres travailleront pour eux. Leurs petits — enfants, c’est-à-dire la troisième génération privilégiée, recevront l’héritage légué par leurs pères par les partons-la propriété de tout l’état de l’URSS. Là où est la tradition, il y a une répétition tout le temps. Par conséquent, tous les révolutionnaires et les poissons ont tous comme des fils cadets conditionnels.

GLOSSAIRE

Glossaire:

Zeref est une personne traditionnelle avec des actions sociales rigoureusement définies, la réflexion est faible presque nulle, d’où le mot zeref — réflexion zéro (zeref)). Il n’a pas de demi-tons, sert les idoles de la famille, communique dans le cercle du sang natif. Puisqu’il n’a pas de demi-tons de perception, catégorique, intransigeant, hostile à quelqu’un d’autre.

Boucle de Zeref — Baby boom, surchauffe de la population locale.

Zéroot (zerot) est une élite féodale.

La boucle de Zéroot est la création d’une société de castes zéro. Manque d’ascenseurs sociaux. Une situation révolutionnaire.

Zeremid est un homme de la première génération de la ville, a un réflexe social à moitié rigide de la coutume et de nouvelles compétences de la vie urbaine, moitié urbaine, moitié rurale.

Zefa-un homme de la première génération de la ville avec des tendances vers le marché et la spéculation et le commerce, au moins quelque chose, il a été forcé par les circonstances.

La boucle de Zeremides -hypocrisie, pharisaïsme, fanatisme, ajustement des couches marginales à l’idée et à l’ordre existants. Lorsque les zérémides s’accumulent dans l'élite de l’organisation, des religieux aux gouvernements, il y a stagnation et crise. L’effondrement de l’idée et du système.

Remid-l’élite traditionnelle, les dirigeants, les fonctionnaires, les autorités, les enseignants; remid mettent les actions des zerefs, déterminent la morale, les lois, la politique, la réflexion du milieu — milieu (remiddle).

Boucle de Remid-la lutte de l'élite avec la personnalité la plus brillante, la collusion des deuxièmes et troisièmes personnes contre le héros et le prophète

Refag est un homme de plusieurs générations, la réflexion est haute, égoïste, utilitaire — refag (re + high).

La boucle de Refag est la séduction de la population traditionnelle avec des produits à la mode, des avantages rapides et la perspective d’une croissance rapide et extraflexique. La manipulation des zéréphites, des zérémides, des zérémides est une majorité physique qui veut se transformer en élite, remplacer les zéroths, les rémides au pouvoir.

Boucle de Refag étendue-la présence d’une boucle zéroot (castes féodales). Première phase: séduire la population traditionnelle avec des produits à la mode, un gain rapide et la perspective d’une élévation rapide. Crise culturelle. Lumpénisation de l’aristocratie scientifique et culturelle. Respect des enseignants et des professeurs au plus bas niveau. Deuxième phase: la crise Économique. Manifestation des zeref, zeremides, zere, jeunes refags contre l’élite traditionnelle. L’exigence de l’égalité des chances, la levée de toutes les restrictions- physique de la majorité de la population afin de décalage élites traditionnelles — зеротов, ремидов. La place maidan. Le désir des zeref, des zeremides, des zeremides de dominer sans aucun degré de conformité des candidats à l’autorité: poste élevé, honneur, gloire. Une minute de gloire. Peuvent tous.

CHAPITRE VIII

PÈRES ET ENFANTS DE TOURGUENIEV

Dans les années 60 du XIX siècle, le roman de Tourgueniev “Pères et enfants “sort en Russie. Cette œuvre montre bien la contradiction entre les générations. Le roman est devenu populaire. Chez les libéraux russes, il jouissait de l’amour et, à l’époque soviétique, il était inclus dans le programme scolaire

En fait, la Russie s’attendait à la réforme de 1861. La Russie était à la traîne de l’Occident et a donc perdu la guerre de Crimée. Le roi abolit le servage. Les jeunes, élevés dans un esprit de progressisme, de nihilisme et de socialisme, ont commencé à résister aux pères conservateurs. Les personnes âgées gravitent toujours vers les anciens ordres. Dans le monde du passé glorieux, il n’est pas seulement habituel pour les zéroot (élite féodale), mais être à l’aise et bon de vivre pour tous les gens d’âge moyen et supérieur. Pour les jeunes, la vie passée, ses ordres et ses mœurs ne sont pas du tout intéressants. La vieille morale ressemble à des clôtures pour garder le bétail et les lois sont comme une clôture d’une cage de Cirque dans laquelle les jeunes comme des loups se promènent d’un coin à l’autre. Les jeunes doivent toujours s’exprimer. Prouver à l’ancienne génération qu’ils sont meilleurs que leurs pères. La vie, selon les lois des pères ne leur intéresse pas. Il ne s’agit pas de la réalisation de soi des bas sociaux. Là, tout est très clair: la maison, la nourriture, le repos et la postérité. Seuls les riches peuvent se permettre de “sauver le monde”. Ou détruire pour créer une nouvelle vie meilleure. C’est ainsi que nos remides 2 entrent en conflit avec leurs pères. Remids 3 ou la troisième génération de citadins urbanisés est tout simplement obligé de le faire. Quelque chose ne naît de rien, mais émerge d’un rêve. Les gens traditionnels n’ont pas le temps de rêver. Les bourgeois zeremides manquent également de temps. Ils ont beaucoup à faire dans les magasins. Il faut acheter et vendre des biens.

Rémides contre rémides.

Parmi les bourgeois, la possibilité de vendre ou d’acheter a toujours été populaire. Les bourgeois aimaient l’argent parce qu’ils en manquaient tout le temps. Ce sont les bourgeois qui se sont ensuite transformés en bourgeois les plus pressés. Les bourgeois, comme les paysans, souhaitent à leurs enfants un bon avenir riche. En Russie, le libéralisme ou les maladies bourgeoises sont tombés malades par les petits nobles. Les petits nobles sont également ruinés. Se transformaient aussi presque en bourgeois. Bien qu’ils se soient toujours souvenus de l’appartenance à une famille noble. Bien sûr, ils sont également tombés malades de la démocratie. Dans une société féodale, il est généralement difficile de vivre. Le noble regarde l’homme sans terre avec arrogance. Un riche bourgeois méprise les mendiants dans la rue. Même le pauvre noble sait qu’il est au-dessus de tout bourgeois. Puisque beaucoup sont tombés malades de la démocratie. Cette maladie a également été transmise aux jeunes. Par conséquent, les jeunes sont allés contre les pères. Les courants libéraux ont mûri en parallèle avec les socialistes. Toutes ces contradictions, la lutte des pères et des enfants ou la lutte des générations se traduiront dans un demi-siècle dans la grande révolution russe. Il est nécessaire de regarder attentivement ici seulement qui sera contre qui.

Considérons le centre gauche de la révolution russe et ses représentants-cadets (démocrates constitutionnels)

Milioukov P. N.

Son Père est Nikolaï Pavlovitch milyukov (1826—1878 / 79), architecte, issu d’une famille noble. Le chef des cadets, P. N. Milyukov, dans ses années d’études après la mort de son père, a donné des leçons privées pour subvenir aux besoins de sa famille. Il a été laissé à l’Université pour se préparer au titre de professeur.

Muromtsev S.A.

Descendant de la noble nature. Il est enregistré dans les livres généalogiques nobles des provinces de Tula et de Vladimir. Père-Andrei Alekseevich Muromtsev 1818 — 1879, colonel, officier de la garde du régiment de Moscou, puis commandant du régiment de réserve de grenadiers 2, le propriétaire foncier de Muromtsev Jr. En 1884, a été renvoyé de l’Université pour manquer de fiabilité politique. Pourquoi? Les contemporains écrivent à son sujet: “une personne Honnête et moralement scrupuleuse, Muromtsev a toujours soigneusement étudié le dossier. S’il avait des doutes sur la véracité de l’un des documents, il refusait généralement de se défendre, bien qu’une rémunération importante lui soit offerte.” Nous avons devant nous une personne qui perfectionne sa réflexion. (Pour revcon, c’est super humain).

Kokoshkin F. F:

De l’ancienne famille noble, dont l’ancêtre, selon la légende, était nyaz. Grand-père est dramaturge célèbre. Père, Fiodor Fiodorovitch, conseiller, commissaire pour les affaires paysannes dans la ville de la Colline de la province de Lublin, le fonctionnaire des courses spéciales du Ministère de l’instruction publique, grand connaisseur de la littérature et de l’art et, surtout, simple, de bonne humeur. Une autre caractéristique de son trait: “malade de la tuberculose, il a enduré sa maladie extrêmement vigoureusement. Il savait protéger sa santé de manière que les autres ne le remarquent pas, il était toujours gai et travaillait beaucoup plus que la personne en bonne santé moyenne, il était exactement pressé de faire autant que possible dans le court segment de la vie qui lui avait été attribué par le destin. Ce sont des gens qui jouent avec leur destin. Ils n’ont pas assez de soupe? Revcon est sûr que ces gens ne trahiront pas leurs idéaux à cause de la saucisse. À cause de la saucisse, seuls les bourgeois pédalent leurs idéaux. Ils ne se livreront pas aux plaisirs, à la gourmandise et aux perversions. Ce sont de beaux modèles pour leurs fils. Puisque remid 3 serait leur copie morale. La pomme du pommier ne tombe pas loin (le proverbe russe signifie que le fils ressemble à son père).

Considérons maintenant le rouleau radical des révolutionnaires gagnants.

Lénine V. I.

Vladimir Ilitch Oulianov est né dans la famille de l’inspecteur des écoles populaires de la province de simbir Ilya Nikolaevich Oulianov, fils d’un ancien paysan serf du village (zeremid).

Trotsky L. D.

Leyba Bronstein est issu d’une famille d’un riche propriétaire terrien parmi les colons Juifs de la province de Kherson.

Staline I. V.

Le père — Vissarion (Beso), provenait des paysans du village de Didi-Lilo de la province de Tiflis, par profession — cordonnier (zeref.). Sujet à l’ivresse et aux accès de rage, il a violemment battu la mère du petit Coco. Quand Coco avait onze ans, Vissarion “est mort dans une bagarre ivre — quelqu’un l’a poignardé”. À ce moment-là, Coco lui-même avait passé beaucoup de temps dans la compagnie de rue des jeunes hooligans de Gori.

Bien sûr et évidemment, Lénine et Trotsky (remid 2) sont entrés en conflit directement et indirectement avec leurs pères. Staline (zeref) n’est entré en conflit avec personne. Dans la réflexion, il est resté comme un père despotique. Sur la méthodologie de revcon les remid 2 — Lénine et de Trotski avec d’autres révolutionnaires prirent le dessus sur le parti libéral — démocratique du courant, surau-dessus de remids dans la troisième génération, puis n’a cédé la place à l’arène politique zeremids ou enfants de petite bourgeoisie (cuisinières et cordonniers). Il faut dire que les représentants du peuple — les zerefs — ne seront pas non plus en mesure de contrôler strictement la communauté russe, bien que les réflexes des zeref soient toujours fortement exprimés dans le sang. Lorsque la moralité de la communauté est forte, les voleurs, les traîtres et les rats attendent un massacre court et dur. La communauté féodale punit cruellement les voleurs. Quand les zerefs se détachent de la communauté, se détachent du peuple, de ceux-ci sont obtenus les petits et les bas bourgeois, puis les voleurs fonctionnaires, si la révolution les élèves dans l’administration. Les héros du roman de Tourgueniev “nihilistes” dans la personne de Bazarov se transforment en narodniks, en terroristes et en anarchistes.

D’où viennent les privatisateurs arrogants de l’URSS qui ne reconnaissent aucune frontière de décence?

La deuxième génération” populaire “ou remid 2 de zeremids (de” l’intelligentsia pourrie”) copie aveuglément l’expérience des ancêtres — ils volerent et s’échapper, mais obéit hypocritement à la Charte des communistes (communauté russe). Le temps de paix, le temps d’affaiblissement de la discipline est un bon moment pour mûrir des remides de 2 futurs hypocrites. Remides 2, s’il n’y a pas de guerre et que la discipline tombe, c’est la moitié d’aujourd’hui et la moitié d’hier. Y a-t-il plus de gens parmi eux? Bien sûr. Quand la morale de la communauté est vivante et que le massacre est proche et imminent. Par exemple, si la Seconde guerre Mondiale est en cours. Le peuple accomplit des exploits. Les fils des Nations-zeref meurent comme des héros-l’honneur et la louange pour eux! La mémoire éternelle de tous les descendants. Les responsables du peuple de l’URSS ont des enfants pionniers. Ce sont eux qui deviendront alors les komsomols et voudront ensuite le libéralisme et la démocratie russes. Rémides 2 tous les vrais socialistes (rémides 2). Ils sont forts Komsomol et militants ardents. Ils sont “un nouveau remplacement digne des pères”. Nous savons déjà qui vient quand tout est déjà préparé, ce sont des fanatiques menteurs. Ce sont des militants hypocrites. Ce sont des artistes hypocrites du rite communiste. Ce sont les pharisiens. L’accomplissement du rite quand il n’y a pas de guerre et que la discipline les corrompt. Ils ne ressentent pas la tension qui régnait à l’époque des pères. C’est une nouvelle révolte des fils contre les pères. Ce sont donc des libéraux prêts à l’emploi et des hypocrites odieux. La chute de l’URSS n’est pas liée au complot du renseignement américain. Ce n’est pas le résultat des bas prix mondiaux du pétrole soviétique. L’URSS a grandi ses réformateurs, comme le Sanhédrin juif a grandi ses pharisiens. Tous les jeunes nihilistes ne nient pas la révolution, mais les rites religieux étouffants nient, ils ont du mal à se presser dans les postures et les cris. Bien sûr, tous les hypocrites devaient passer l’école de l’hypocrisie. Ensuite, tout le système sera corrompu et composé d’hypocrites. Les gens aisés, (les remids 3 soviétiques) ils ne voulaient plus être hypocrites, ils veulent vivre magnifiquement, ouvertement et non, selon le code du communisme. Ils détestent la discipline de la communauté russe sous quelque forme que ce soit. Tous les bourgeois du monde ont un visage. Les pères traditionnels de zerefa léguent toujours à leurs enfants et petits-enfants une bonne prospérité. En ce sens, la discipline révolutionnaire a également gêné les pères. Leurs enfants n’ont pas vu la révolution, tous les rémides 2 et 3, mais savent ce qu’elle était. On ne peut pas transmettre la tension de la révolution à une génération pleine et libre. Ils veulent se débarrasser même de la mémoire de la révolution. Ne reconnaissez pas le socialisme, ne reconnaissent pas l’égalité révolutionnaire. Ils veulent montrer leur supériorité. Cette supériorité vivait dans leur sang. Cette supériorité vit dans leur sang et est transmise par les gènes. Les nouveaux démocrates russes n’étaient pas contre les pères, tous les peuples traditionnels ne le peuvent pas du tout. Les gens du peuple n’ont pas l’habitude de s’opposer aux pères. Dans ce cas, la prospérité et un avenir assuré sont plus importants que tous les traditionalistes. Même s’ils devaient se transformer en révolutionnaires et tuer des nobles. Maintenant, ils sont devenus eux-mêmes des “nobles"rouges. Eux — mêmes sont devenus au-dessus de tout le monde dans la communauté soviétique. Pourquoi ont-ils besoin de cette révolution et des rites rouges? Les zeref ne seront jamais contre la chance de leurs enfants. Ils ont choisi le côté de la révolution pour éliminer les nobles. Les enfants de zeremids (kolkhoznikovs) ce remid 2 ont choisi le côté de leur chance. Les rites communistes? Ils les ont exécutés hypocritement. Les petits-enfants de zerefs ont complètement abandonné le socialisme.

Le conflit moderne.

Si les enfants et les petits-enfants sont devenus des bourgeois radicaux. Alors, les parents de privatiser peuvent continuer à manquer l’idée communiste. C’est le moment de leur jeunesse. Ils savent ce qu’est la trahison. Toute communauté ne pardonne pas la trahison. Pour que les retraités ne soient pas si tristes, le pouvoir de la démocratie russe crée le parti rouge frick. Regardez de plus près du chef de ce parti. Il est également frick, il est lui-même provincial et est né dans le village de Mymrino. C’est zeremid ou l’élite de la première génération. Il a battu les gens dans ce statut de frick. Les zeremids, comme tous les révolutionnaires, ne se soucient pas de la façon de monter. Maintenant, il ne donnera à personne ce poste. Il a attrapé un oiseau de chance par la queue. Selon revcon pour les zeremids, le statut est plus important que le contenu. Si zeremid montait, il ne partirait jamais. Il ne peut être. Il ne quittera le cabinet et le pouvoir qu’après sa mort. C’est une habitude féodale.

Il se divise entre le passé et le présent, entre le présent et le futur. Ils nient le passé, comme le passé des pères stupides (matelassés). Le vrai pour eux est le polygone de choix. Les futurs sont liés à cette force inconnue. Par conséquent, les citadins ou rémides 2 et rémides 3 avec le même fanatisme prônent la démocratie, comme s’ils prônaient tout le bien, pour eux — mêmes-rémides 2 et 3, selon revcon: ce qui n’est pas inventé par toi oblige à obéir, donc à imiter. C’est-à-dire qu’ils sont les mêmes libéraux que dans au passé, leurs pères les meme komsomols! Ces hypocrites relativement jeunes ont choisi le centre du pouvoir-il être en Occident-et sont obligés d’accomplir un nouveau rite avec la même fureur de leurs pères révolutionnaires. N’oublions pas que nous parlons tout le temps de personnes harmonieuses et correctes. La bonne personne suivra toujours le courant. En respectant les règles de la nouvelle remidnost, son étiquette, les libéraux remid vont toujours essayer de se montrer, de faire ses preuves, de montrer du dévouement aux nouveaux propriétaires. Ils seront toujours la deuxième catégorie, le sixième numéro, les sauvages avec des subventions. Pour se débarrasser d’une telle étiquette, les libéraux remides commencent à réagir, montrant qu’ils sont sur le terrain de la plus haute qualité (ou de la plus haute race s’ils vivent parmi les indigènes). Cela se traduit par une protestation. La protestation contre les pères conditionnels se transforme, après tout, en une protestation contre la patrie. Comme tous les traîtres, ils rejettent les vieux idéaux. Maintenant, pour aimer et gagner la compétition, ils rejettent tout ce qui les lie à la communauté, à la société avec laquelle ils ont grandi. Dans une telle frénésie, ils peuvent même nier leur appartenance ethnique. Cela conduit à de tels cas où le père et le grand-père, russes nient leur russité au moment du – crie épuisant “je suis le mien!”. Leurs cris, naturellement, pour le centre de la nouvelle force. Le sien pour l’Occident. Faut-il se demander quand un gouvernement composé de ces 2 remides va dans le chenal de la politique de l’Occident dans son ensemble. Ils donnent l’exemple aux habitants de la ville qui, dans le même marché, ont gagné des prêts et ne se précipitent pas pour donner et assurent. Que la Russie est un mal. La Russie est mal? Si cette Russie cette Russie a sauvé les Géorgiens et les Bulgares du génocide, mais cela fait si longtemps, qui se souviendra maintenant? Le centre de force est proche. Il dicte. J’ai envie de manger.

PS. Il convient de noter un autre détail important dans le comportement et la Psychologie des rémides de la première génération et de leurs enfants “qui ne volent pas loin du pommier”. Ce sont des renégats. Cela signifie des traîtres probables.

CHAPITRE IX

COMMENT LES HÉROS ONT COMMENCÉ À VOLER

Le deuxième échelon de la nomenclature n’est pas apparu de nulle part, même si des élections démocratiques ont eu lieu. Tous les élus démocrates ou les nouveaux arrivants ont commencé à jouer, selon les anciennes règles du jeu. Selon les règles de l’évolution sociale.

Le communisme, s’il s’agissait d’un communisme, en tout cas un nouveau phénomène de la tradition russe peut être appelé plutôt une expérimentation ou un retour à l’époque préhistorique en utilisant la technique moderne à l’époque. Dans la culture du peuple lui-même, aucun communisme ne pouvait rien changer. L’homme n’a pas changé. Il a changé et fortement, ce qui a créé une nouvelle évolution du peuple russe, qui est devenu une parodie de l’évolution interrompue des nobles russes. Rien n’a changé dans la réflexion du peuple.

Ainsi et le parti communiste (VKPb, puis PCUS) n’a pas choisi les meilleurs, honnêtes et doués, sauf dans les cas où il était nécessaire de prendre des risques et de mourir. Qui a été accepté dans le nouveau parti? Si vous êtes exécutif et discipliné, vous avez eu toutes les chances. Dans la tradition russe, c’est la norme. Pendant la guerre, il n’était pas très rentable d’être communiste, si on peut le dire du tout. Ils auraient pu mourir au combat. Alors, arrêtez la tradition, selon la tradition, il faut: construire une maison et élever des fils. Que se produit-il? Qu’est-ce que le VCPb (Parti communiste bolchevique de toute l’Union) a commencé à accepter non des pas héros, mais des taureaux? Pas des génisses exubérantes, mais très calmes, dociles, si vous pouvez parler de taureaux en général. Les héros de tous les temps pourraient être attribués aux gens de l’idée. C’est incontestable. Puisqu’ils risquent de ne pas respecter les alliances. Ne pas accomplir de rites. Les gens du rite puisse toujours être trouvé là où réside le bénéfice peuvent. Alors, que faisaient les gens du rite au PCUS? Pourquoi la mère de Staline voulait-elle le vrai que son fils devienne un pop orthodoxe? Aucune mère au monde ne souhaite à son fils une vie affamée. Jésus-Christ n’a pas pris le martyre pour que l’humanité commence à interpréter ses paroles comme elle le veut et à sa manière ethnique. Toutes les ethnies ont toujours eu une approche universelle: tous les gens veulent vivre et les ethnies veulent survivre. La tradition a toujours été responsable de ce problème, la fonction de la tradition est la survie du peuple. Par conséquent, toute confession religieuse, puis tout parti au pouvoir, est toujours submergé par de tels gars tenaces. Tu les regardes et ils te sourient. Tu te moques d’eux et tu veux les caresser, ils sont humbles et obéissants comme à des enfants. Ils sont venus à vous: à l’église, à la mosquée, au parti dans le seul but de vivre. Ils installent et se multiplie. C’est une tradition.

CHAPITRE X

AUTODESTRUCTION

L’inertie de l’autodestruction est une erreur. Le chef fort Staline ne peut pas choisir toutes sortes de petites choses calmes et timides. Pourquoi les gens au niveau des présidents des collectives fermes sont-ils tombés aux plus hauts postes de l’état soviétique?

Une raison. Il y a des gens très énergiques, mais peu intelligents, peu doués, c’est-à-dire que la nature leur a donné beaucoup d’énergie, mais ils n’aimaient pas penser. Il y a des gens au contraire, très doués, mais malades, peu aptes à vivre. De l’extérieur, il semble qu’il est difficile pour eux de vivre, les lunettes sont minces et affalées. Les intellectuels pensent beaucoup, mais ils ont peu d’énergie. Il y a aussi des personnes énergiques douées en même temps. Il y en a aussi de belles. Il y a peu de gens universels, mais ils le sont. Qu’est-ce qui teste la polyvalence humaine? Une situation difficile. Stress. Risque et danger. Guerre et révolution. La lutte et la résistance. Après les combats, les révolutions, les beaux héros ne semblent pas avoir besoin de personne. C’est à la vue des gens du soi-disant marais humain et du milieu, qui n’ont pas d’énergie, mais ont le désir. Tous les pharisiens sont très vieux. Ils ont donc peu d’énergie. Il y a des candidats pour les futurs pharisiens. Ils ont peu d’énergie, mais ont un fort désir. Tous les gens veulent le succès. Pour la tradition, c’est important. Il est plus facile pour une personne respectée et de statut de construire (acheter) une maison. Il est plus facile de fournir à la famille tout le nécessaire.

Donc, Staline n’avait pas besoin de personnes douées comme n’importe qui est n’importé quel dictateur asiatique, les gens brillants étaient tous des adversaires potentiels. Il est beaucoup plus agréable de regarder quand une foule loue un dictateur (et qui aime louer immédiatement? Zelot n’aime pas, remid est obligé d’accepter, mais ne peut pas résister, zeremid avec beaucoup de complexes derrière le dos courra à la réunion des hypocrites, parce que zeremid lui-même est un hypocrite) et le choix de la liste présentée des types tombe bien sûr sur les fanatiques les plus énergiques qui se transforment en assistants. Ces gens sont des gens honorables. Ils sont comme des chiens. Ce sont les mêmes chiens-personnes (c’est Sharikov), dont l’écrivain Boulgakov a écrit. C’est ce dont le chef traditionnel a besoin. S’il est un arriviste, il doit se débarrasser des complexes. Il doit oublier ses complexes et ses défauts. Il choisit de telles personnes, de tels conseillers, un tel environnement pour qu’il soit bien avec eux.

Je crois en moi-même, donc je ne suis pas un arriviste.

Dehors pour une foule d’hypocrites et de serviteurs, il est un leader fort. En fait, il est faible. Cette faiblesse ne sera pas détectée immédiatement, mais dans le temps. Quand un leader asiatique au sommet du pouvoir change un autre leader asiatique. Une telle politique est transmise au plus bas. Les gens répètent tout. Ce que fait l’élite, c’est le peuple qui le répète. Le nouveau dictateur mourra de sa mort ou perdra le pouvoir. Qui va suivre? On peut dire avec certitude que les héritiers de son pouvoir seront tous insignifiants, nécessairement énergiques, mais très stupides, peu zélés, mais aussi rapides. Tout est comme une sélection: rapide et vide, actif et contagieux, proactif dans les affaires secondaires et bâillant à grande échelle. Le plus étonnant est que chaque héritier régulier d’un tel pouvoir de petite taille, le prochain sera nécessairement inférieur au précédent. Tous ces gens sont sortis du peuple. On ne peut pas dire qu’ils sont venus de la planète Jupiter où sont tombés de mars. Ici, deux boucles remid sont immédiatement détectées. Sous la dictature, l’élite se dégrade. Il y a une sélection négative. Tout le monde prend une personne pire que lui-même en aide. Des assistants talentueux, aucun des petits dictateurs ne veut, mais veut obéissant, rapide et rusé. S’il n’y a pas de danger, s’il n’y a pas de guerre, toute l’élite se dégrade. Pas immédiatement, mais se dégrade. La condition principale de la dégradation est l’absence de danger. Il y a des catalyseurs de ce processus. Pour provoquer une dégradation encore plus accélérée et la chute de l’état féodal, vous devez immédiatement choisir ou faire en sorte que le premier chef ait les plus grands problèmes. Un chef complexe et suspect infecte tout le peuple avec des complexes et de la suspicion. C’est ce que le chef ismaélien Hassan Sabbah a compris que les dirigeants stupides de la province du Sultanat seldjoukide briseraient eux-mêmes le Sultanat par leur propre stupidité. Par conséquent, les ismaéliens ont terrorisé les assistants au les plus brillants et les plus talentueux du Sultan. Ce que Hasan Sabbah lui — même a pensé est sa propre invention. C’est plutôt le flair prédateur de l’ennemi le plus ardent du Sultan. Qui a inventé la terreur aux anarchistes?

Le développement du capitalisme.

Бесплатный фрагмент закончился.
Купите книгу, чтобы продолжить чтение.
электронная
от 200
печатная A5
от 413